Psycho-test : êtes vous cigale ou fourmi ? Des résultats surprenants !

Êtes-vous cigale ou fourmi ? Une question qui, à travers les personnages de la célèbre fable de Jean de La Fontaine, nous invite à connaître notre relation avec l’argent. Comme dans toutes les fables, le lecteur doit réfléchir à ce que signifie « la cigale qui parle comme un homme ». Bien que la fourmi ait été plus intelligente en travaillant dur pendant l’été pour pouvoir stocker sa nourriture, la cigale semble plus attirante pour son plaisir insouciant de la vie.

Or, lorsque vient l’hiver, la cigale fut affamée et quémanda auprès de sa voisine, la fourmi. Cette dernière refusa d’emblée, étant choquée par l’oisiveté de la cigale. À travers cette fable, La Fontaine démontre une fois encore les deux traits de l’homme face à l’argent : être économe ou être dépensier. Aujourd’hui, les psychologues et les psychanalystes confirment la véridique réalité transcrite dans cette fable, d’autant que notre relation avec l’argent en dit long sur notre personnalité. Êtes-vous la cigale ou la fourmi ? Réponse dans notre psycho-test.

cigale ou fourmi

​La personnalité de la cigale

Le rapport de certaines personnes avec l’argent ressemble à celui de la cigale : ces gens dilapident sans compter, surtout s’ils subissent des pressions. Et pour cause, la plupart des adeptes de la cigale sont des gens anxieux. Sans être des acheteurs compulsifs, ils succombent aux dépenses surtout sous le joug de la déprime ou de l’angoisse. Pour alléger ces pressions, ils se délestent de leur argent.

Parmi les cigales, il y en a aussi qui préfèrent ne pas penser à leur budget et ainsi ne pas se voir dépenser. Ces personnes paraissent si insouciantes qu’on pourrait prendre ce comportement comme le désir de ne rien savoir de l’avenir. Enfin, le comportement décrit par La Fontaine, dans son fable de la cigale et la fourmi texte peut aussi montrer une cigale qui désire simplement jouir des plaisirs matériels. Là encore, il faut savoir se faire plaisir mais seulement dans la limite du raisonnable.

​Enfin, toujours dans la catégorie des cigales se trouvent les flambeurs qui, soi-disant, ont toujours le cœur sur la main, mais ont surtout la main au portefeuille. Or, la psychologie nous rappelle que ce comportement trop généreux cache une volonté d’acheter l’amour et l’estime de son entourage par l’argent. En proie à un sentiment de culpabilité, ces dépensiers multiplient les comportements réparateurs, soit pour se faire pardonner, soit pour se dédouaner.

La personnalité de la fourmi

​De l’autre côté de la balance, il y a les partisans de la rétention, qui veulent absolument faire croire qu’ils sont pauvres, afin de ne pas trop dépenser. Ces gens-là veulent à tout prix conserver leur bien et l’intégrité de leur compte bancaire. En psychologie, leur comportement dénote un besoin d’accumuler et de conserver leur capital intact. L’on peut avancer que ces partisans de la rétention apprécient l’argent pour son symbole de pouvoir. Pour eux, l’argent résout tous les problèmes, leur permet de maîtriser le monde ou dominer leur entourage. Le risque de dépendre, d’être esclave de l’argent est donc considérable. Il n’est d’ailleurs pas surprenant que les partisans de la rétention économisent chaque sou et entretiennent le plaisir secret de compte et recompter leur argent.

Tristan Bernard

​Tristan Bernard

"Il faut mettre de l'argent de côté pour en avoir devant soi".

​Le comportement de la ​fourmi peut également résulter d’un manque de soi. L’argent constitue alors une sorte de repère qui permet à ces gens de se repérer dans la vie. Au risque de se priver des besoins éléments qu’ils pourraient s’offrir sans difficulté, ces personnes trouvent du plaisir dans la privation. En vivant ainsi, ils se soulagent à la lecture de leur relevé de compte, car il faut, bien sûr, prévoir les maladies, la perte d’emploi… Au moins, ces amis de la fourmi ne risquent pas de recourir au découvert.

Vous êtes les deux ? Alors, vous savez jouir de l’argent

​Selon les psychologues, eux majoritairement neutres dans notre psycho-test, affirment qu’il est indispensable d’entretenir un rapport sain et mature à l’argent. Il faut s’estimer suffisamment à la hauteur d’en gagner afin d’en profiter sans limitation mais aussi sans culpabilité. Si vous estimez que l’argent reste avant tout un moyen de répondre à vos besoins primordiaux (et secondaires), alors vous ne risquez pas de basculer dans la catégorie de la cigale. De même, si vous vous autorisez de temps en temps des plaisirs futiles tout en respectant certaines limites que vous avez fixées vous-même, alors vous pourrez vous estimer suffisamment mature pour jouir de l’argent. Une relation saine à l’argent implique avant tout de connaître sa situation financière, de penser à son avenir et de s’autoriser parfois quelques dépenses pour son propre plaisir.

Montesquieu

​Montesquieu

"​L'argent est très estimable, quand on le méprise".

​La psychologie nous rappelle que l’argent est présent dans la vie de chacun de nous. Il nous sert à répondre à nos besoins les plus fondamentaux comme à nos besoins d’apprentissage et de divertissements. Cependant, nos propres expériences nous confirment que l’argent seul ne suffit pas pour réussir à la vie, ni à trouver le bonheur. En effet, l’argent ne suffisant pas à tout acheter, une bonne santé, une famille, un entourage réconfortant, un temps libre pour les loisirs et bien d’autres facteurs sont indispensables pour se rendre heureux.

Dans la même ligne d’idées, il faut considérer d’autres valeurs qui importent dans la vie. L’amitié, l’amour, la santé et la famille sont même les plus grands facteurs qui contribuent au bonheur véritable parce qu’aucune somme d’argent ne peut les acheter.