Vie sentimentale et solitude : vivre seul à 60 ans, comment faire ?

Plus de 9 millions de Français vivent aujourd’hui seuls, un chiffre qui a monté de 50% en seulement une vingtaine d’années (6 millions en 1990), selon l’Insee.

Chez les séniors, les statistiques sont d’autant plus alarmantes que sur les 9 millions de personnes vivant seules, près de la moitié est âgée de 60 ans ou plus (soit 44%). Dans cette catégorie, les femmes restent majoritaires à 38%, contre 17% chez les hommes. Tout cela pour dire qu’il y a des millions d’hommes et de femmes, en France, qui, comme vous, vivent seuls dans la soixantaine.

D’un côté, ils aiment leur indépendance et leur liberté. Comme beaucoup de personnes dans le monde, ils ont élevé leurs enfants et mené une vie palpitante. Une raison pour ces séniors de rattraper un peu leur temps perdu pour « eux ». Cependant, il ne faut pas oublier que vivre seul peut conduire à un état d’isolement si vous ne faites pas attention. Vous devez donc constamment fournir un effort pour maintenir vos amitiés existantes et en créer de nouvelles.

Une sénior en pleine solitude

​Les différentes formes de solitudes

​La solitude est un sentiment bien connu par la plupart des gens, puisqu’il s’agit d’un des principaux défis à relever pour atteindre le bonheur. Plus l’on apprend sur le bonheur, plus tout porte à croire que la solitude est un obstacle commun à tous les mortels.

Au fait, pour être heureux, nous avons besoin de créer des liens intimes ; nous devons pouvoir nous confier, nous devons ressentir notre appartenance, nous devons pouvoir recevoir et apporter un soutien. Eh oui, des relations fortes et solides sont peut-être la clé de voûte d’une vie heureuse. Bien sûr, la solitude et l’isolement ne sont pas les mêmes. L’isolement est épuisant, distrayant et bouleversant, tandis que la solitude désirée nous paraît paisible, créative et réparatrice. De plus, il existe différents types de solitude : tout le monde n’éprouve donc pas la même forme de solitude dans une même situation donnée.

La solitude du « nouveau »

Vous avez déménagé dans une nouvelle ville où vous ne connaissez personne, vous avez commencé un nouvel emploi ou vous avez commencé dans une école pleine de visages inconnus. Vous êtes tout simplement seul jusqu’au jour où une personne s’ouvre à vous.

La solitude du « différent »

Vous êtes dans un endroit qui vous est familier, mais vous vous sentez différent des autres, à tel point que vous vous sentez isolé. Peut-être que votre foi en vous est vraiment importante mais que les gens qui vous entourent ne la partagent pas. Peut-être que tout le monde aime faire des activités en plein air, mais vous n’êtes pas du même avis. Il est difficile de vous connecter avec les autres pour les choses que vous trouvez importantes. Ou peut-être êtes-vous frappé par la solitude qui nous frappe tous parfois. La solitude qui fait partie de la condition humaine.

La solitude du « sans-amour »

Certes, vous entouré d’une famille aimante et d’amis très proches, mais vous vous sentirez peut-être seul car vous ne connaissez pas les moments partagés avec un(e) partenaire intime. Ou peut-être avez-vous un partenaire, mais vous ne partagez pas un lien profond avec cette personne.

La solitude « éprouvée »

Prévalant surtout chez les timides, cette forme de solitude est vue comme imposée chez les personnes qui craignent le regard des autres. En effet, la timidité a pour pire ennemi le rejet, ce qui conduit ces personnes à vivre en isolement, plutôt que d’apparaître avec leurs défauts. Le problème avec la solitude « imposée », c’est qu’elle prévaut surtout chez les séniors. Et pour cause, aujourd’hui, la société égocentrée n’a plus le temps ni l’argent pour s’occuper de ces personnes du 3ème âge.

La solitude « souffrance »

C’est sans doute la solitude la plus mal vécue car elle n’implique pas seulement d’être seul : elle dénote même un sentiment de souffrance résultant souvent d’une impression d’injustice, de blessure, de rancœur… Ce sentiment est quasiment irréversible car implique l’absence de la moindre imagination, de la moindre pensée pour l’avenir. À force de baigner dans cette douleur, les personnes souffrant de cette solitude considèrent qu’il s’agit de leur état normal et de leur univers. Pour souligner l’état quasi-irréversible de la solitude « souffrance », disons que la population victime de cet état ne fait souvent rien pour en sortir.

Une femme sombrant dans l'alcool

​Vivre seul à 60 ans : comment bien vivre sa solitude ?

On connaît tous le fameux couplet du « mieux vaut vivre seul que mal accompagner ». Mais si cette vérité a fait ses preuves tant de fois, c’est que beaucoup d’hommes et femmes avant nous ont fait le choix d’assumer leur solitude afin qu’elle ne crée pas plus de mal que de bien. Au fait, il existe différentes solutions pour vous aider à prendre en main votre vie sans que vous ayez besoin de vous lamenter sur votre sort.

Prenez soin de votre foyer

Lorsque vous n’êtes pas entouré d’autres personnes, il est facile de perdre tout intérêt à ranger votre maison. Si vous ne faites pas attention, vous risquez de vous retrouver avec une pile de plats et des tas d’encombrement partout dans votre foyer. Même si vous n'avez pas d’ami ou d’autres visiteurs qui passent régulièrement devant votre porte, il est dans votre intérêt de faire le ménage au moins une fois par semaine.

Si votre maison est une épave désorganisée, attendez-vous à vous sentir stressée dès que vous franchirez la porte. Une maison propre et bien arrangée vous aidera à vous sentir heureux et organisé.

Trouvez la beauté dans l’ordinaire

Si vous ne voyez pas la beauté dans votre monde, on peut dire que vous ne regardez pas assez. Si vous êtes seul à la maison et déprimé, sortez et passez du temps avec la nature. Observez les oiseaux voler et admirez leurs ailes se déployer. Écoutez les chiens qui aboient les uns les autres dans le quartier et dites-vous : « je me demande de quoi ils pourraient parler ? » Plantez des fleurs, un potager ou un petit arbre dans votre jardin. Allez au parc, marchez sur un sentier de découverte de la nature, purifiez vos pensées, écoutez le son de la forêt et admirez la beauté qui se trouve juste devant vous.

Méfiez-vous des pensées malfaisantes

Autant dire que nos pensées peuvent être soit notre meilleur ami et soit notre pire ennemi. Avez-vous déjà remarqué que si vous songiez même à une seule pensée négative, vous en perdrez le contrôle jusqu'à ce que vous ayez le même refrain du type : « je ne pourrai jamais avoir d’ami ou un amant ». Alors, soyez conscient de ce que vous pensez et arrêtez vos pensées négatives avant qu’elles ne deviennent de véritables ganglions mentaux bien plus difficiles à contrôler. Si vous vous sentez stressé, faites quelque chose qui vous détendra. Allumez des bougies ou de l'encens, prenez un bon bain moussant chaud, faites du yoga ou jouez une musique apaisante.

Consultez un professionnel du coaching amoureux

Comment vaincre la solitude amoureuse ? Une des solutions les moins prisées mais non moins efficaces est le fait de consulter un professionnel ou coaching amoureux. Bien plus efficace pour vous aider à prendre en main votre vie sentimentale, le coaching amoureux est accessible à tous les profits et à toutes les bourses, d’autant que le service est aussi disponible en ligne. Cela dit, il est préférable de distinguer les vrais coaches des faux colporteurs qui n’ont pour but que de s’enrichir aux détriments des plus crédules.

Consultez un voyant/medium

Il est vrai que vivre seul à 60 ans constitue un véritable calvaire pour la plupart des séniors. Heureusement, en dernier recours, vous avez comme solution la consultation d’un voyant ou d’un medium qui se chargera d’étudier en profondeur les raisons de votre solitude. En prime, ce professionnel de la divination s’occupera de vous trouver les solutions pour améliorer votre vie sentimentale (pour ceux en train de souffrir de solitude amoureuse homme ou femme), votre vie professionnelle et votre cercle social afin de sortir de la solitude à 60 ans.